Troubles Neuro-développementaux

Extrait d’un dossier universitaire :

“Projet de formation : Formation au repérage des troubles neurodéveloppementaux à l’attention des professionnels de la petite enfance.” (Guilhem J. , Peretti J., 2020.p4)

Des troubles des apprentissages aux troubles neurodévelopementaux.

D’après le DSM-V[1] les troubles neurodéveloppementaux sont un ensemble d’affections qui débutent durant la période du développement. Ces troubles se manifestent typiquement précocement durant le développement, souvent avant même que l’enfant n’entre à l’école primaire ; ils sont caractérisés par des déficits du développement qui entraînent une altération du fonctionnement personnel, social, scolaire ou professionnel.

Les troubles DYS apparaissent à la suite d’une anomalie du développement d’une ou de plusieurs fonctions cognitives sans déficience intellectuelle ni sensori-motrice. Handicap invisible mal connu, les troubles DYS freinent l’enfant dès ses premiers apprentissages scolaires.

Ces troubles apparaissent au cours du développement, avant ou lors des premiers apprentissages et ils persistent à l’âge adulte. Les répercussions sur la vie scolaire, professionnelle et sociale peuvent provoquer un déséquilibre psychoaffectif profond. Le diagnostic précoce est donc essentiel pour assurer une évolution positive des compétences et du bien-être de ces enfants.
Certains troubles affectent plus spécifiquement les apprentissages précoces comme l’acquisition du langage oral et la coordination motrice, d’autres plus particulièrement les apprentissages scolaires tels que l’apprentissage de la lecture, l’écriture ou le calcul.

Ils sont appelés Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages – TSLA.

Les troubles DYS[2] se regroupent sous 6 catégories. Il existe différentes études épidémiologiques qui permettent d’estimer un ordre de grandeur du nombre d’enfants concernés.

De manière générale, il est admis que 15% des enfants scolarisés sont concernés par les TSLA ; chacun d’entre eux pouvant présenter plusieurs de ces troubles.

  • Troubles du langage écrit : Dyslexie (lecture) et Dysorthographie (orthographe). Environ 7% des enfants de CE1 présenteraient une forme spécifique, sévère et durable du langage écrit selon Zorman, 2004.
  • Troubles du langage oral : Dysphasie. Sa prévalence est mal connue, Verloes et Excoffier estiment jusqu’à 1% des enfants en âge scolaire en 2004).
  • Troubles du développement moteur et/ou des fonctions visuo-spatiales : Dyspraxie. Sa prévalence est également mal connue, selon le DSM IV elle concernerait 6% des enfant entre 5 et 11 ans.
  • Troubles du développement des processus attentionnels et/ou des fonctions exécutives : TDA/H (troubles de l’Attention avec ou sans Hyperactivité). Jusqu’à 5% des enfants de 6 à 12 ans selon Lecendreux en 2009. On estime la prévalence de la comorbidité des TSLA avec un trouble attentionnel avec ou sans hyperactivité à 50%.
  • Troubles spécifiques des activités numériques : Dyscalculie. Environ 4% des enfants de 9-10 ans selon Lewis et al. 1994.
  • Troubles du Spectre Autistique : La problématique du diagnostic différentiel se posant pour étudier la comorbidité entre les TSLA et les Troubles du Spectre Autistique -TSA – et distinguer les troubles de communication des troubles langagiers, ou encore la comorbidité entre les TDA-H et les TSA (14 à 78% des enfants avec un TSA présenteraient un TDA-H selon Garago, Rinehart, Bradshaw, Tonge & Sheppard, 2011) ; c’est le second diagnostic le plus fréquemment associé aux TSA.

Notes :

[1] DSM-V (American Psychiatric Association, 2013),

[2] https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/troubles-specifiques-apprentissages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut